Page d'accueil

Psychologies Magazine

Couple : Masc./fém., un pas de deux

Le couple est un lieu de possibles. Ce jeu de miroir qui plonge chacun de nous dans la joie, l’ivresse charnelle, les tréfonds de l’âme, ou la source du meilleur de soi, est un puissant révélateur de ceux qui y jouent ensemble : homme, femme. Quelle part de féminin ou de masculin l’être aimé éveille-t-il ? Et comment s’exprime-t-elle ? Témoignages en duo.

It takes two to tango, chantait la diva Pearl Bailey, ainsi que le jazzman Louis Armstrong. La danse du couple, elle aussi et c’est bien logique, requiert deux danseurs ou danseuses pour se dérouler dans les conditions que l’on espère heureuses, et les plus durables possibles. Mais derrière cette expression s’égraine l’idée que dans le couple, si les deux amoureux qui le composent sont essentiels, c’est justement par ce que leur rencontre va induire comme mouvement, comme harmonie, comme dialogue émotionnel et corporel. Complicité, connivence, partage, fusion, indépendance, tendresse, les expressions en sont multiples et changeantes. Mais au sein de chacun, que vient éveiller la relation de couple ? Quel homme, quelle femme l’autre vient-il révéler, secouer, intimider ou sécuriser en moi ? Quel est cette étrange capacité à gonfler les voiles de mon masculin/mon féminin ? Ou les deux ?

Féminin/masculin, anima/animus, Yang/Yin, terrestre/céleste : ces combinaisons d’énergie circulent, à des dosages divers, en chacun. Rien ne semble plus confiner une personne dans les propriétés prétendument dévolues à son sexe. Chacun peut faire de son genre un réceptacle d’affinités et d’expressions multiples, interchangeables et mouvantes. Et, par là-même, laisser rayonner sur le couple ce nouveau et savant dosage. Si aujourd’hui il est désormais possible de ne plus avoir à se gratter la tête quant à la manière de relier les distantes Mars et Vénus. Si ces deux entités gravitent en chacun de nous, cela ne constitue néanmoins pas une règle en soi. Chaque couple gère sa propre proportion d’eau et de vin, règle ses pas, accueille les changements de rythmes, les temps morts ou les envolées amoureuses, les pas de deux et les pas de côté. Trêve de parole : dansez, maintenant.

Thierry et Marie, Sexothérapeutes corporels

Marie
: Lorsque j’ai rencontré Thierry, j’ai tout de suite senti qu’il serait ma moitié, mon âme sœur. Je ne me sens pas plus féminine que lui n’est masculin. Cet équilibre entre le féminin et le masculin en chacun, que nous explorons dans notre travail et notre couple, permet de progresser vers le meilleur de soi. Cette complémentarité est comme des vases communicants : si je suis à la ramasse, dans un besoin de recevoir, il va être le démarreur et réciproquement. Pouvoir montrer mon côté masculin est un moment extraordinaire pour moi. Je suis dans le présent, le respect et l’acceptation, la non appartenance, la non exclusivité. J’ai grandi avec Thierry dans cette vision de l’amour non étriquée, qui permet de profiter, d’expérimenter, de goûter. En découvrant l’autre toucher du tantrisme avec lui, j’ai compris que je pouvais être révélée, m’abandonner, être tout simplement, pleinement.

Thierry : Je vis avec Marie une relation d’amour et d’évolution. Elle révèle mes failles et me permet de les travailler. Ma passion pour le massage m’a amené à découvrir le tantrisme. A travers le Tantra se manifeste la recherche de l’équilibre entre le féminin et le masculin, deux polarités en nous. Chacun peut exprimer, en fonction des situations, de l’humeur, de l’un ou l’autre ces deux dimensions. Avec Marie, je me sens libre d’être dans une énergie plus féminine ou masculine, trouver un chemin naturel entre le Ying, l’éveil, et le Yang, l’impulsion. C’est un sentiment de complétude qui s’exprime et grandit à travers la sexualité, l’écoute, l’équilibre, la complicité de l’échange, sans solution parfaite. Je suis alors avec Marie dans la transparence totale, sans non-dit ni jardin secret. Je veux être aimé d’elle pour mes forces et mes faiblesses.

Par Nicolas BOGAERTS - Photos Julie GREGOIRE
Juillet 2011

  Since 1992 - Copyright ę Mary Hash 2009 - All rights reserved